JEan-François, animateur au CRRF André Lalande à Noth

Jean-François travaille en tant qu'animateur au Centre de Rééducation et de Réadaptation Fonctionnelle André Lalande  à Noth, dans la Creuse

Portrait de Jean-François, animateur au CRRF André Lalande

Comment avez-vous mis en place le projet d’animation du CRRF ?

Lorsqu’on est hospitalisé, il est important de rester proche des réalités de la vie, qu’elles soient familiales, sociales, professionnelles, scolaires ou culturelles. C’est pourquoi le Centre André Lalande a une démarche d’ouverture culturelle et de réinsertion par les loisirs, notamment artistiques.

Nous travaillons avec des intervenants culturels extérieurs, sur trois axes :

- La musique et en particulier le Jazz, avec l’association Musique(s) En Marche qui met en réseau des actions culturelles en milieu hospitalier en Creuse. Le programme « Musiques et Santé » par exemple, renforce les échanges et le lien social dans les établissements de santé. Il regroupe 15 établissements et a proposé 45 spectacles en 2016, attirant ainsi 3000 spectateurs.

- Les arts plastiques, avec une artiste peintre, pour l’animation d’ateliers hebdomadaires.

- Et enfin le cirque, en collaboration avec la compagnie En Avant Marche, dont le siège est au CRRF. Des actions multiples sont organisées : ateliers d’expression clownesque et de cirque, jonglage, acrobatie… Un festival CIRKANO Clown et Cirque en Hôpital a été créé dont la programmation est ouverte au public extérieur. 

L’intérêt du cirque, c’est qu’il englobe presque toutes les disciplines artistiques ainsi que la dimension physique. On mobilise le corps sans s’en rendre compte ! L’atelier d’expression clownesque permet aux patients de passer un moment ludique et les aide à se dépasser, à se confronter au regard de l’autre et à se réapproprier leur corps.

 

Comment définissez-vous votre rôle au sein de l’établissement ?

L’objectif est de créer du mouvement, de la vie dans l’établissement. L’animation favorise le lien social. C’est important car les patients disposent de temps libre. L’animation a aussi des missions de réadaptation à la communication et de réinsertion par la culture. En proposant des actions ludiques, créant du lien entre les patients, leur famille, les intervenants, l’animation a aussi pour ambition de rendre le séjour plus agréable et de faciliter la prise en charge. Je travaille en lien étroit avec les équipes soignantes. Nous mettons en place des approches globales et d’autres individualisées, en fonction des patients et de leurs besoins.

Pour attirer les personnes aux ateliers, j’utilise des affiches, je fais du démarchage auprès des patients et du personnel. Mais c’est surtout la qualité d’une animation qui va faire son recrutement par elle-même. Les événements attirent les gens !