VIsuel groupe 1

Le 20 septembre dernier, à Meylan (Isère), 15 agents de soins ont reçu leur certification interne d’agent de soins. Cette formation, élaborée et dispensée par l’Institut de formations de L'Argentière, s’adresse aux agents de soins en poste au sein de nos établissements. Retour sur cette première promotion avec les différents acteurs du projet.

Former les agents de soins

Une formation certifiante

Les agents de soin ont une mission importante pour le bon fonctionnement des établissements. Cette profession pourrait être mieux valorisée, car elle est un maillon essentiel dans la prise en soins des résidents. Par ailleurs, les établissements font face à des difficultés de recrutement d’aides-soignants. L’Institut de formations de L'Argentière a élaboré une formation destinée aux agents de soins en poste dans nos établissements. L’objectif : proposer une formation interne permettant d’acquérir le savoir-faire et le savoir-être pour appréhender avec aisance les différentes situations auprès des résidents.

Cette première promotion était composée de seize agents de soins, qui ont presque tous validé leur certification. Issus de sept établissements différents (La Maison des Ombrages, L’Arc-en-Ciel, Bon Rencontre, La Ramée, Les Chantournes, Les Vergers et le FAM des Lacs d’Orient), ils ont pu échanger et progresser ensemble. Magali Barou, formatrice à l’Institut de formation de L'Argentière : « c’est toujours intéressant d’avoir des groupes mixtes, issus de plusieurs établissements. Cela permet de se rencontrer, et surtout d’échanger sur des pratiques et des modes de fonctionnements mis en place dans d’autres établissements. D’autant que sur cette formation, nous avions du personnel d’EHPAD mais aussi d’un FAM, qui prennent donc en charge deux publics différents. »

La formation est composée de quatre sessions de cinq jours, qui abordent des thématiques différentes. Cela représente 140 heures de formation sur quatre semaines. Pour des questions d’organisation, elles ont été étalées sur 4 à 6 mois. Pour Angélique Richard, agent de soins à Notre-Dame-de l’Osier et nouvelle certifiée, « cela permet d’avoir le temps d’assimiler les nouvelles techniques et de les tester sur le terrain. Quand on revient en formation, on peut échanger entre nous et avec les formateurs sur du concret. C’est aussi plus facile à gérer pour l’organisation de notre travail en établissement ».

Des professionnels qui s’adressent à des professionnels

La formation aborde tous les aspects de la vie professionnelle des agents de soins. Elle alterne des points techniques (toilettes, prévention des chutes, recueil des habitudes de vie ou formation au logiciel Netsoins) et un volet plus théorique, notamment sur la notion de vieillissements physiologique et pathologique. L’organisation de son travail, la communication avec le reste de l’équipe, la posture physique à adopter pour éviter les douleurs…sont également abordés.  « De nombreux professionnels interviennent pendant cette formation : psychologue et médecin coordinateur sur la fin de vie, pharmacienne pour le médicament, cadre de santé formateur PRAP lorsqu’il s’agit de la posture et des risques de troubles musculo-squelettiques…Nous faisons intervenir des professionnels qui s’adressent à d’autres professionnels » précise Magali Barou.

« Cette formation doit permettre à l’agent de soin d’avoir suffisamment de connaissances pour donner l’alerte à un soignant en cas d’urgence, de comprendre quand quelque chose ne va pas. Nous lui apportons une réflexion qui aide dans les situations d’urgence. L’objectif est d’assurer une meilleure prise en soin pour les résidents tout en donnant des conseils pour améliorer la qualité de la vie au travail ». Elle précise : « nous avons construit la formation pour des personnes qui sont en activité, qui connaissent le quotidien des EHPAD. Il est essentiel de prendre en compte leur expérience. Nous nous appuyons donc beaucoup sur ce qu’ils savent déjà : avant de rentrer dans le détail d’une thématique, nous échangeons pour savoir si l’un des participants a déjà été confronté à ce problème, quelle avait été sa réaction…Cela permet aux intervenants d’adapter leur intervention afin de mieux répondre aux besoins. »

Point de vue partagé par Angélique Richard : « j’ai beaucoup appris. La formation est complète, j’ai eu l’occasion de mettre des mots sur des choses que j’effectuais au quotidien sans me poser vraiment de questions. Par exemple en ce qui concerne la posture : mon but était d’effectuer une manœuvre de la façon la plus agréable pour le résident, parfois au détriment de ma propre santé. J’ai appris des techniques qui permettent de me préserver ».

Focus sur le module de fin de vie

La dernière semaine de formation se focalise sur l’accompagnement à la fin de vie. Pour le Docteur Sonnier, médecin coordinateur à Meylan, et intervenant dans cette formation, « cela fait partie du quotidien de l’EHPAD. Tout le monde peut y être confronté, y compris les agents de soins ».

L’objectif de cette unité est de donner des clés pour gérer ce moment difficile. Cela passe par de l’écoute, en créant un climat de confort pour le résident et sa famille et par des connaissances : savoir distinguer les notions de soins de confort, de bien-être...Cela permet d’apporter des réponses adaptées. Le fait de pouvoir s’appuyer les uns sur les autres fait également partie du processus. « La fin de vie, c’est un travail d’équipe : le médecin la famille, le résident, les proches et tout le personnel de l’établissement autour de lui sont impliqués. J’anime cette formation avec la psychologue de l’établissement, c’est important que nous abordions à deux ce sujet : moi sur la partie plus technique, et elle sur la partie de des relations avec le résident et sa famille et sur la gestion de la situation avec l’agent de soin. Leur rôle est important, car ils sont en lien quotidien avec les résidents. Il est nécessaire qu’ils soient formés pour pouvoir répondre aux éventuelles questions, par exemple sur les directives anticipées. »

Des objectifs pour l’avenir

Après cette première promotion, l’objectif est de former tous les agents de soin de la Fondation. « Les personnes formées se sentent plus en confiance. Cette formation permet de mettre en avant ce métier » précise Magali Barou « Nous prenons en compte les retours de cette première promotion pour nous améliorer. Nous sommes conscients qu’il s’agit d’un engagement de la part du directeur : la formation est longue et demande de l’investissement personnel de la part du salarié et de l’organisation pour l’établissement. Mais les résultats sont là ! » Pour l’instant, le bilan est très positif. Magali Barou explique que la prochaine étape « sera d’évaluer si les techniques utilisées sont effectivement mises en place dans l’établissement. Pour développer la formation, il faudra également former des formateurs pour la proposer partout en France, pour qu’un maximum de personnes puisse en bénéficier. »

Cette formation est différente de celle d’aide-soignant, qui est plus complète. Mais elle peut donner envie à certains agents de soins de poursuivre leur parcours professionnel en devenant aide-soignant par la voie initiale ou la VAE. L’Institut de Formations de l'Argentière se tient à disposition pour accompagner les salariés dans cette démarche.