Logo entreprise acceuillante

L'établissement Galathea (Loire-Atlantique) a reçu le label « entreprise accueillante », mis en place par l’agglomération de Saint-Nazaire. Son objectif : favoriser la rencontre entre des personnes éloignées de l’emploi et des structures qui veulent recruter. Retour sur ce projet avec Nicolas Goyé, directeur de l’établissement.

La rencontre, au cœur du recrutement

Deux publics, une rencontre

À l’origine du projet, un constat sur le territoire de Saint-Nazaire : d’une part des entreprises dynamiques qui cherchent à recruter, sans y parvenir, et d’autre part, des personnes éloignées de l’emploi, cherchant un travail. L’agglomération, soutenue par Pôle Emploi, le Ministère du travail, a décidé de mettre en relation les acteurs afin de faciliter l’emploi et la réinsertion professionnelle sur le territoire. Elle a créé le label « entreprise accueillante », qui permet aux entreprises de bénéficier d’un réseau et de participer à des événements.

Pour Nicolas Goyé, ce label répond à des problématiques qu’il rencontre : « cela nous permet d’être impliqués dans des actions pour l’emploi et d’ouvrir plus l’établissement vers l'extérieur. Nous nous sommes engagés à accueillir davantage de stagiaires, nous sommes ouverts à des contrats d’apprentissage et nous réalisons régulièrement des visites de l’établissement pour des lycées professionnels et des organismes de formation. L’objectif est de nous inscrire dans un ensemble d’acteurs locaux travaillant à l’insertion professionnelle. »

CitéSwag, rallye des métiers, Motiv’action...

Depuis l’obtention du label, l’établissement a participé à plusieurs actions : « Motiv’action, pour que des jeunes éloignés du système scolaire découvrent certains de nos métiers. Nous avons réalisé un rallye des métiers  avec la mission locale : pendant une journée nous avons invité des jeunes à s’immerger dans un métier, aux côtés d’un professionnel. » Consacrée aux métiers de la logistique, 40 jeunes, répartis en groupes, ont eu l’occasion de découvrir le travail en EHPAD. « Les personnes présentes n’avaient pas de formation spécifique. C’était pour eux une découverte ! Le cœur de ce projet est de « réhumaniser » la recherche d’emploi, de casser le côté administratif de l’envoi de CV qui peut faire hésiter ces jeunes. » explique Nicolas Goyé.

« Nous avons également participé à CitéSwag, avec les bailleurs sociaux, nous nous déplaçons dans des quartiers prioritaires du territoire, parfois enclavés, pour aller à la rencontre des habitants qui cherchent un emploi. Mon objectif n’est pas uniquement de recruter, cela va plus loin : on échange, on conseille, on éclaire des personnes qui se posent des questions sur un métier…On se base avant tout sur la rencontre humaine, avant de se baser sur des diplômes ou des CV. »  En plus d’avoir repéré des profils intéressants pour travailler au sein de l’établissement, Nicolas Goyé renvoie une image positive de la Fondation, et la positionne comme une entreprise ouverte, dynamique et prête à s’investir auprès des jeunes.

Des équipes impliquées

Nicolas Goyé : « ce sont surtout les équipes  qui prennent en charge l’accueil des stagiaires, des apprentis, et qui encadrent les actions liées à l’emploi. Jusqu’à présent, il y a toujours eu des volontaires pour participer à des actions, former et accompagner les jeunes, répondre à leurs questions. Les équipes sont dans une transmission positive, elles font passer ce qu’elles apprécient dans leur métier. Chez les jeunes, je n’ai pas remarqué de frein particulier par rapport aux EHPAD. »

Nicolas Goyé et son équipe participeront prochainement à Trajectoire, un salon pour l’emploi sur trois jours, qui comporte une opération « découvrir les métiers par le geste ». Cela permet aux visiteurs d’expérimenter concrètement un métier, grâce à des micros situations proposées par des professionnels. « Les postulants vont au-delà d’une fiche de poste. De notre côté, on peut les conseiller. » Bilan de l’opération : «  nous avons repéré des profils intéressants avec qui nous avons envie d’aller plus loin. Et je pense que ce n’est que le début ! »