visuel 1

En octobre dernier, le permis de construire du nouvel hôpital Arthur Gardiner a été signé par la mairie. Une étape clé pour ce grand projet, qui a coïncidé avec le lancement par le Professeur Jeandel, membre du Directoire de la Fondation Partage et Vie, d’un cycle de conférences sur « la santé et le bien vieillir ».

Un nouvel hôpital pour Dinard

Emplacement en cœur de ville, un bâtiment entièrement restructuré

Fin 2018, la Fondation et la commune de Dinard avaient acté que l’hôpital Arthur Gardiner serait réhabilité en conservant son emplacement actuel. L’hôpital occupe une position très privilégiée et fait partie de l’histoire de la ville. La réhabilitation est nécessaire en raison de la vétusté de la partie la plus ancienne du bâtiment qui date de la fin du XIXe siècle. Celle-ci fera l’objet d’une démolition. Le futur hôpital comptera un étage supplémentaire et s’organisera autour d’un atrium central végétalisé. À l’occasion de la signature du permis de construire, le maire, Jean-Claude Mahé, a souligné combien le nouvel hôpital était attendu par les Dinardais.

Un hôpital de proximité

L’établissement offrira « un cadre d’hospitalisation plus adapté et plus fonctionnel, centré sur le patient et articulé en amont et en aval avec l'ensemble des autres réponses sanitaires et médico-sociales afin d'optimiser le parcours de santé du patient » explique le Professeur Jeandel. L’hospitalisation à temps complet et l’hospitalisation de jour bénéficieront d’un accès direct au plateau technique. Une unité de consultations non programmées est d’ores et déjà ouverte : « elle permet à l’établissement de s’inscrire dans son rôle d’hôpital de proximité en lien avec la médecine libérale ». Le futur hôpital s’inscrira pleinement dans le programme gouvernemental «Ma santé 2022 » : « Il apportera une réponse adaptée et personnalisée à la prise en soin des malades, et plus particulièrement des patients âgés souvent polypathologiques et à risque de dépendance. Il renforcera son positionnement en réadaptation cardiovasculaire. Il s’articulera avec les communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS), créées par la loi de modernisation du système de santé de 2016, pour contribuer à améliorer la prise en soin des patients du territoire. » souligne le Professeur Jeandel. Le Directeur de l’établissement précise : «  Nous souhaitons faire d’Arthur Gardiner un modèle d’offre de soins adaptée au cœur du territoire. L’hôpital sera un centre « facilitateur », une interface entre le secteur privé non lucratif et le secteur public et/ou associatif, un acteur dans la relation ville-hôpital avec tous les partenaires œuvrant autour du patient ».