.

Un partenariat né de la volonté de rapprocher le secteur des personnes en situation de handicap de celui des personnes âgées.

Une convention de partenariat entre l'APEI du Douaisis et la Fondation

L’Association de Parents d’Enfants et amis de personnes Inadaptées (APEI) du Douaisis « Les Papillons Blancs » apporte un appui moral et matériel aux personnes en situation de handicap dès l'âge de 3 ans, ainsi qu'à leurs familles. Elle a signé en juin 2015 une convention avec la Fondation. La personnalisation de l’accompagnement, le bien-être, et le respect de l’autonomie et des souhaits de la personne en situation de handicap sont les priorités de la Fondation et de l'APEI du Douaisis, qui formalisent ainsi leur partenariat. Souhaité depuis longtemps, il est né de la volonté de rapprocher le secteur des personnes en situation de handicap de celui des personnes âgées. Sa particularité réside dans le fait que le service d’aide à domicile est partie prenante.

Parmi les engagements de la Fondation : l’accueil des personnes déficientes intellectuelles vieillissantes dans ses structures (en résidence ou à domicile), la promotion et la création d’unités spécifiques, ou encore le maintien de la cellule familiale par l’accueil de la personne déficiente intellectuelle et de ses parents âgés.

Quant à l’APEI du Douaisis, elle s’engage à apporter son expérience et son soutien à la Fondation, notamment au moyen de formations pour l’accueil de personnes déficientes intellectuelles vieillissantes.

Deux interventions concluantes ont déjà été menées par l’ASAPAD et l’APEI du Douaisis : l’intégration d’une personne déficiente intellectuelle au sein du foyer logement La Fonderie à Douai ; et l’intervention de l’ASAPAD auprès d’une personne orientée par « Les papillons blancs », dont les équipes ont sensibilisé les aides à domicile de l’ASAPAD aux spécificités de la prise en charge de personnes déficientes intellectuelles.

« Pour les personnes en situation de handicap moteur, la MDPH apporte facilement une aide. Les personnes déficientes intellectuelles ont davantage de difficultés à se faire accompagner car elles ne souffrent pas d’incapacité totale. Bien qu’elles soient physiquement autonomes, elles ont besoin d’être aidées pour des gestes du quotidien aussi simples que la toilette, le choix des vêtements adaptés à la saison… », souligne la directrice de l’ASAPAD.

« Notre objectif est de développer l’aide à domicile quel que soit l’âge, et de faciliter l’accès aux établissements pour les personnes déficientes intellectuelles vieillissantes. Nous souhaitons par ailleurs expérimenter l’accompagnement à domicile d’enfants en situation de handicap ou autistes, notamment pour le répit des familles. Nos équipes sont aussi formées pour cela », ajoute-t-elle.