Grand âge

Première étape vers une future loi sur le financement de la dépendance, la Ministre de la Santé, a lancé une concertation nationale sur le grand âge et l’autonomie. Cette concertation donne la parole à tous les acteurs du secteur, ainsi qu’au grand public. Un rapport sera remis début 2019 au Premier Ministre. Le Pr Claude Jeandel représente la Fondation dans cette concertation.

La Fondation au cœur de la Concertation nationale sur le grand âge

Faire évoluer en profondeur le système de santé

C’est au sein du Comité scientifique et de trois ateliers "métiers", "hôpital" et "parcours de l’usager", que le Pr Claude Jeandel apporte sa vision et son expérience de gériatre.

La concertation nationale est pilotée par deux comités : un conseil d’orientation, en charge de la stratégie et des propositions retenues ; un comité scientifique, composé de médecins et chercheurs, qui intervient sur les enjeux et les priorités de la réforme, sur des missions d’expertise et d’analyse des pistes de travail envisagées.

Les groupes de travail, eux, auront à produire d’ici mi-janvier un diagnostic partagé et des objectifs priorisés. Ceux-ci seront étayés par des propositions concrètes. Les pouvoirs publics ont invités à ce que les scénarios les plus ambitieux de changement soient examinés. Commentant sa participation aux ateliers de la concertation nationale, Pr Jeandel appelle  à saisir cette opportunité de faire évoluer en profondeur le système de santé en France et à faire preuve d’audace.

La vieillesse, c’est la manifestation de la vie !

Les principes de la concertation nationale ont été posés par les pouvoirs publics. Agnès Buzyn a notamment précisé: « C’est un devoir de solidarité, c’est la marque d’une société qui reconnait ce qu’elle doit aux plus anciens. La vieillesse n’est pas un fardeau ni un naufrage, c’est la manifestation de la vie. Jusqu’au bout, nous devons faire en sorte que les personnes âgées participent pleinement à la société (…) La concertation qui s’engage doit être l’occasion de valoriser l’ensemble des professionnels et des acteurs qui participent à la prise en charge des personnes âgées : rien ne pourra se faire sans eux, sans leur engagement et la reconnaissance collective de ce que leur métier apporte à la société et au vivre-ensemble. »

Dominique Libault, Directeur de l'École nationale supérieure de la Sécurité sociale : « Notre ambition est de transformer en profondeur la manière dont est reconnu et pris en charge le risque de perte d’autonomie lié au vieillissement. Notre priorité est de sécuriser cette prise en charge dans la durée et sur tout le territoire, pour répondre aux besoins des personnes âgées et de leurs familles. Nous devons remettre les personnes âgées et leurs familles au cœur du dispositif en simplifiant leur parcours. Liberté de choix, prévention et simplicité sont au cœur de notre réflexion pour accompagner les personnes âgées dans une société inclusive et solidaire. »

Offrir à chacun la possibilité de s’exprimer

La Fondation Partage et Vie invite ses équipes à contribuer à la plateforme www.make.org ouverte le 1er octobre. Celle-ci permet de poster des propositions concrètes qui seront soumises aux votes des internautes. Les propositions plébiscitées seront étudiées par le conseil d’orientation.

Pour une approche rénovée de l’avancée en âge

Dans cette concertation nationale, Pr Jeandel apporte une vision réfléchie à l’aune d’années de pratique de la médecine gériatrique et de dialogue avec les personnes âgées : « Le vieillissement se prépare tout au long de la vie. Il est important de réviser nos représentations du grand âge et de passer d’une vision fragmentaire du cycle de vie à une approche de continuum de la naissance à la mort, chaque individu suivant sa propre trajectoire. Les stéréotypes socioculturels véhiculent une image négative de l’avancée en âge qu’il est urgent de combattre ; ils exposent au risque de cloisonner les générations tandis que la solidarité intergénérationelle s’impose de plus en plus à nous ».