Visuel participants atelier yoga

À Lattes (Hérault), la résidence autonomie Jacques d’Aragon a lancé la pratique du yoga. Retour sur cette action qui a pu être mise en place grâce à l’appel à projets interne de la Fondation, Inn’Osez.

Yogathérapie

La yogathérapie, une intervention non-médicamenteuse bénéfique

En utilisant les fondements du yoga traditionnel (postures, méditation...) et en les adaptant aux personnes âgées ou malades, il est possible de contribuer à améliorer leur qualité de vie, en agissant en particulier sur leur sommeil et leur moral. À Lattes, dans l’Hérault, dix séances ont été organisées pour les résidents. Au fur et à mesure de la pratique ils se sont appropriés les enchainements et les postures.

Les participants n’ont pas été choisis au hasard : l’objectif des séances était d’apporter une réponse non-médicamenteuse à des problématiques de santé identifiées, telles que des insomnies régulières et de l’anxiété. « Avant de commencer les séances, j’ai rencontré, avec la Directrice de l’établissement, deux médecins généralistes qui suivent les résidents, pour nous assurer qu’ils n’avaient pas de contre-indication à la pratique du yoga. J’ai également rencontré chaque participant, pour leur expliquer le yoga et ses bienfaits, les connaitre et en savoir plus sur leurs problématiques de santé. » souligne le médecin DIM de la Fondation, aui anime les ateliers.

Des ateliers qui ont porté leurs fruits

Chaque participant a rempli un questionnaire avant de débuter les séances, afin de préciser ses problématiques de santé, et à nouveau à l’issue des dix séances. Un impact positif a pu être évalué chez tous les participants. « J’ai choisi d’utiliser le score Kessler K10, qui permet d’évaluer en dix questions les thématiques d’insomnie, dépression et d’anxiété. Entre le début et la fin des séances, on note une diminution du score pour tous les participants, et 20% en amélioration par rapport au score initial. Nous ne pouvons pas en tirer de conclusion ‘statistique’, mais on note une amélioration de symptomatologie anxio-dépressive. » explique le Docteur. Au-delà du score, les participants ont gagné en confiance (acceptation de soi, lâcher-prise…) et en dynamisme (souplesse, reprise d’une activité physique). « Il est nécessaire que la pratique du yoga soit régulière et pérenne pour que ces effets positifs soient durables. Cette pratique régulière permet une amélioration globale de la santé, mentale et physique. Pour les personnes âgées notamment, elle réduit les habitudes sédentaires et l'isolement social, tout en aidant les résidents à être plus autonomes. »

Au sein de l’établissement, les bienfaits du yoga ont été l’occasion d’échanges entre les résidents et le nombre de volontaires pour prochain atelier est en augmentation.

L’appel à projets interne « Inn’Osez » récompense des actions innovantes en faveur des résidents ou des patients au sein des établissements de la Fondation. Lancé il y a trois ans, il soutient des projets en lien avec la qualité de vie des personnes accueillies.