• 15/11/2019
  • Actualité
  • La vie dans les établissements
  • Le Nouvel Horizon - La Renaissance

Écriture et lecture… Les résidents ont du talent

Écriture et lecture… Les résidents ont du talent
  1. Accueil
  2. La Ramée

Poésies, nouvelles, romans… Les résidents de nos établissements sont créatifs. Que ce soit lors de rencontres intergénérationnelles, de concours de poésie ou de jury d’un jour, retour sur des initiatives littéraires variées.

Des résidents poètes et paroliers

Au Nouvel Horizon, à Douai (Nord), c’est une poésie qui a été écrite, dans le cadre d’un concours organisé par La Ramée, à Allevard (Isère). Le thème : « À chacun son arbre ».

Les résidents ont remporté le premier prix ! Pour Christine Chopin, l’animatrice qui a porté le projet, « faire ce genre d’activité qui sort du cadre habituel fait beaucoup de bien aux résidents. Et s’inscrire dans un concours a réveillé leur esprit de compétition ! Entre 30 et 35 personnes étaient présentes à chaque atelier, dont une vingtaine véritablement active. »

Écrire une poésie à plus de 20 personnes, c’est tout un art !

L’animatrice a d’abord rassemblé les participants pour définir ensemble ce que leur évoquait l’arbre. « Pour certains, il a fallu beaucoup échanger. Le ressenti était propre à chacun : l’arbre évoquait aussi bien les saisons que les confitures : il a fallu rassembler toutes ces idées en prenant soin d’écouter tout le monde. » En discutant, une thématique s’est imposée, celle des ressemblances entre les hommes et les arbres. « Les ateliers étaient très participatifs. Les résidents ont souhaité intégrer des choses du quotidien dans la poésie, y mettre leurs repères : l’arbre que nous voyons depuis la fenêtre, le jardin thérapeutique… » Toutes ces informations ont ensuite été retranscrites sous forme de poésie, avec un nombre de syllabes similaire à chaque vers et en faisant des rimes. « C’était le gros du travail. Je ne m’y connaissais pas du tout en poésie, j’y suis allée à tâtons. À cette étape encore, les résidents étaient très investis : ils réfléchissaient en dehors des ateliers pour trouver les meilleurs mots et tournures de phrases pour optimiser leur poème ! Cela a créé du lien entre eux, c’était un de leur sujet de conversation préféré ! » raconte Christine Chopin.

« Le fait de voir la progression de leur travail leur a beaucoup plu. Après avoir terminé la poésie, nous lui avons donné une nouvelle vie en la mettant en musique ! Elle clôture désormais chaque intervention de notre chorale partenaire et est reprise en chœur par tous les résidents. »

Un jury exigeant

Aux Dames Blanches, les résidents se transforment pour quelques jours en critiques littéraires lors du concours de nouvelles ouvert au grand public. « L’objectif est de renforcer les liens avec la médiathèque, qui se trouve au sein de l’établissement, et de nous ouvrir davantage vers l’extérieur. C’est nous qui nous en occupons de A à Z : un groupe de résidents se réunit pour proposer des thématiques, qui doivent avoir un lien soit avec l’établissement, soit avec les personnes âgées. Le CODIR tranche. Cette année, le thème retenu est « Un coup de baguette magique et tout bascule : Une personne âgée et un jeune se trouvent propulsés dans le corps l’un de l’autre ».

Nous nous occupons de la communication, de réceptionner les nouvelles, de la remise des prix et du jury. C’est là qu’interviennent les résidents : ils constituent la moitié de ce jury, l’autre moitié étant composée de partenaires de la médiathèque et du personnel de l’établissement. » explique Virginie Fernandez, en charge du projet. Pour qu’ils puissent voter, les nouvelles ne doivent pas excéder quatre pages, et elles sont lues aux résidents à voix haute, dans l’annexe de la médiathèque, par des professionnels bénévoles. « Pour l’instant, ils ne se sont pas lancés dans l’écriture, mais les familles sont très impliquées dans le concours ! » précise l’animatrice. Un livre intergénérationnel Aux Jardins de Théodore, c’est un livre intergénérationnel qui a été élaboré au PASA, avec une classe de CM2 de l’école voisine. « Lors de la formation à la méthode Montessori du personnel de l’établissement, il a été évoqué le rapport à la lecture des résidents : notion acquise, elle est conservée longtemps, même pour les personnes avec des troubles de la mémoire. Nous avons aussi abordé la question du livre, qui, en étant adapté (avec des images, des gros caractères…) peut être utilisé par le résident en autonomie. Nous souhaitions créer notre propre livre. En échangeant avec les résidents, nous avons choisi le thème de l’école et des loisirs. Et ce thème nous a inspiré l’idée d’un projet intergénérationnel. C’est le premier que nous mettons en place au PASA, mais l’école travaille déjà avec l’établissement sur d’autres projets. » explique Dolorès Carlier, référente au PASA. Les rencontres étaient très riches : les enfants avaient préparé des questions et échangeaient avec les personnes âgées de façon très naturelle. « Les rencontres se faisaient une fois tous les quinze jours, au PASA. Nous faisions des gâteaux le matin pour accueillir les enfants. Une fois, nous nous sommes rendus à l’école, afin d’utiliser les ordinateurs pour choisir les photos d’illustration du livre. C’était une première pour la majorité des résidents, et les enfants leur ont bien expliqué comment fonctionnaient les machines. Ce fût très apprécié par les résidents, qui m’en parlent encore. » Le livre vient d’être terminé, et est disponible en lecture à la MJC, à la Mairie et à chaque étage de l’établissement et en unité sécurisée. Pour Dolorès, « l’objectif est que nous en ayons aussi plusieurs exemplaires à chaque étage, pour que les résidents puissent l’utiliser quand ils le souhaitent. »